top of page

Ma conception de la mobilité


Article paru sur le site du TCS



Politique – Élections fédérales 2023

Opinions diverses autour de 5 questions de mobilité Nous élisons les représentants de notre canton au Parlement fédéral le 22 octobre prochain. Pour connaître la position des principaux partis présents au Conseil national, nous leur avons demandé de désigner deux candidats pour répondre à 5 questions d’actualité fédérale liées à la mobilité. Voici l’intégralité des réponses récoltées. 10 candidats germanophones se sont prêtés au même exercice. Vous trouverez leurs réponses sur la page en allemand.


Jean-Luc Addor :

  1. Que pensez-vous de la généralisation de la limitation à 30 km/h dans les localités ? C’est une entrave injustifiée et disproportionnée à la mobilité sans effet notable sur l’environnement.

  2. Soutiendrez-vous la hausse de la taxe CO2 pour les importateurs de carburants, sachant que cette mesure va provoquer une hausse du prix de l’essence ? Non. Nous devons au contraire tout faire pour lutter contre la hausse du coût de la vie, dans tous les domaines.

  3. Que proposez-vous pour accélérer la transition vers la mobilité électrique ? J’émets d’abord un doute sur l’opportunité de tout miser sur la mobilité électrique alors que nous ne savons même pas comment produire aujourd’hui l’électricité dont nous aurons besoin durant certains mois d’hiver et que les perspectives de production supplémentaires significative sont peu encourageantes. La solution, pour moi, c’est de miser aussi bien sur l’électricité que sur le progrès technique que les constructeurs ont intérêt à réaliser dans les moteurs à combustion en vue de limiter l’impact sur l’environnement.

  4. Est-ce que la gratuité des transports publics dans notre canton alpin serait une mesure pertinente pour encourager leur utilisation ? Gratuité pour qui ? En tout cas pas pour les contribuables qui devront la financer ! Pour rendre les transports publics attractifs, je crois plus aux mesures incitatives visant à améliorer l’offre dans ce domaine qu’à une coûteuse gratuité.

  5. Comment mieux concilier la mobilité douce et la mobilité motorisée en ville ? Il faut déjà en finir avec les stratégies gauchistes idéologiques visant à décourager toute mobilité individuelle. Si les Valaisans ne peuvent plus circuler, nos villes mourront au profit des zones périurbaines. Un exemple : le développement de Conthey au détriment du centre ville de Sion. Si nous ne voulons pas que nos villes se vident à la fermeture des bureaux, nous devons donc mettre en place une stratégie mixte conciliant mobilité individuelle (car nombre de Valaisans vivent en périphérie et dans les vallées latérales et c’est bien ainsi), parkings en suffisance et transports publics attractifs.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page